Les Prix littéraires attribués en 2015

Les Prix littéraires attribués en 2015

Voici la liste des Prix qui ont été attribués ces jours-ci.
Prix Goncourt : Mathias Enard, "Boussole", Actes Sud
Prix Renaudot : Delphine De Vigan, "D'après une histoire vrai", JC Lattès
Pris Médicis français : Nathalie Azoulai, "Titus n'aimait pas Bérénice", P.O.L
Prix Médicis étranger : Hakan Günday, "Encore", Galaade
Prix Médicis essai : Nicole Lapierre, "Sauve qui peut la vie", Seuil
Prix Fémina : Christophe Boltanski, "La cache", Stock
Prix Fémina étranger : Kerry Hudson, "La couleur de l'eau", Philippe Rey
Pris Fémina essai : Emmanuelle Loyer, "Claude Levi-Strauss", Flammarion
Prix Décembre : Christine Angot, "Un amour impossible", Flammarion
Grand Prix du roman de l'Académie Française : Boualem Sansal, "2084 La fin du monde", Gallimard et Hédi Kaddour, "Les Prépondérants", Gallimard
Prix de la Page 111 : Pierre Senges, "Achab (Séquelles)", Verticales
Prix Nadar : Bruno Boudjelal, "Algérie, clos comme on ferme un livre ?", Le Bec en l'air

Boussole, Prix Goncourt 2015

Prix Goncourt 2015

Actes Sud

21,80

Insomniaque, sous le choc d’un diagnostic médical alarmant, Franz Ritter, musicologue viennois, fuit sa longue nuit solitaire dans les souvenirs d’une vie de voyages, d’étude et d’émerveillements.
Inventaire amoureux de l’incroyable apport de l’Orient à la culture et à l’identité occidentales, Boussole est un roman mélancolique et enveloppant qui fouille la mémoire de siècles de dialogues et d’influences artistiques pour panser les plaies du présent.
Après Zone, après Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, après Rue des Voleurs… l’impressionnant parcours d’écrivain de Mathias Enard s’épanouit dans une magnifique déclaration d’amour à l’Orient.

-------------------------------------
Prix Goncourt 2015


D'après une histoire vraie
20,00

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain.Ou plutôt le genre de personne qu'un écrivain ne devrait jamais croiser.»

Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s'aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d'une époque fascinée par le Vrai.

------------------------------
Prix Renaudot 2015.
Prix Goncourt des lycéens 2015.


Titus n'aimait pas Bérénice, Prix Médicis 2015
17,90

Titus n’aimait pas Bérénice alors que Bérénice pensait qu’il l’aimait.

Titus n’aimait pas Bérénice alors que tout le monde a toujours pensé qu’il n’avait pas le choix et qu’il la quittait contre sa propre volonté.

Titus est empereur de Rome, Bérénice, reine de Palestine. Ils vivent et s’aiment au ier siècle après Jésus-Christ. Racine, entre autres, raconte leur histoire au XVIIe siècle. Mais cette histoire est actuelle : Titus quitte Bérénice dans un café.

Dans les jours qui suivent, Bérénice décide de revenir à la source, de lire tout Racine, de chercher à comprendre ce qu’il a été, un janséniste, un bourgeois, un courtisan. Comment un homme comme lui a-t-il pu écrire histoire comme ça Entre Port-Royal et Versailles, Racine devient le partenaire d’une convalescence où affleure la seule vérité qui vaille : si Titus la quitte, c’est qu’il ne l’aime pas comme elle l’aime. Mais c’est très long et très compliqué d’en arriver à une conclusion aussi simple.

--------------------
Prix Médicis 2015
Prix Liste Goncourt / Le Choix de l’Orient 2015


Encore

Galaade Edition

Gazâ vit sur les bords de la mer Egée. Il a 9 ans quand, à peine sorti de l’école, il devient passeur de clandestins. Il travaille avec son père Ahad, ainsi que les frères Harmin et Dordor, commandants des bateaux qui emmènent les migrants en Grèce. Pendant des années, Gazâ et Ahad entreposent dans un dépôt cette marchandise humaine, ces individus qui viennent de parcourir plusieurs milliers de kilomètres. Jusqu’au jour où Gazâ cause la mort d’un jeune Afghan du nom de Cuma, le seul être humain qui ait fait preuve d’un peu d’humanité envers lui. Dès lors, dans ce monde violent et désabusé, Gâza ne cesse de penser à Cuma et conserve précieusement la grenouille en papier qu’il lui avait donnée – ce qui n’empêche pas Gazâ de transformer le dépôt en terrain d’observation des dynamiques de domination et de devenir le tortionnaire des clandestins qui ont le malheur de tomber entre ses mains. Cependant, un soir, tout bascule et c’est désormais à lui de trouver comment survivre…

Prix Médicis étranger 2015


Sauve qui peut la vie
17,00

« Dans ma famille, on se tuait de mère en fille. Mais c’est fini. Il y a longtemps déjà, je me suis promis que cela devait s’arrêter avec moi. Ou plutôt, avant moi. Sauve qui peut la vie ! J’aime cette expression. C’est le titre d’un film de Jean-Luc Godard de 1980. Mais lui, il avait mis des parenthèses à (la vie), comme une précision, une correction de trajectoire. Le sauve-qui-peut, c’est la débandade, la déroute. Le sauve qui peut la vie, c’est la ligne de fuite, l’échappée parfois belle. J’en fais volontiers ma devise. Il m’a fallu du temps pour comprendre que ce qui était une manière d’être – une tendance à parier sur l’embellie, un goût de l’esquive, un refus des passions mortifères, une appétence au bonheur envers et contre tout –, avait aussi profondément influencé ma façon de penser.Tel est le sujet de ce livre. Il commence par un récit familial, intime. C’est un registre auquel je m’étais jusqu’ici refusée. Moi qui ai si souvent sollicité, dans mes enquêtes, de longs entretiens biographiques, suis toujours restée discrète sur ma propre histoire et celle de ma famille. Certes, je montrais le bout du nez de mon implication, persuadée qu’il fallait assumer cette part motrice (et non maudite !) de toute recherche. Mais j’en restais là. Peut-être que chaque livre arrive à son heure. Cette fois, c’est donc mon récit qui est matière à réflexion. Je m’appuie sur lui pour développer quelques idées qui me tiennent à cœur. J’ai plus que jamais envie de les défendre aujourd’hui, face à la montée des préjugés, de l’injustice, de l’intolérance et contre l’accablement qui en résulte et se répand. Je souscris à cet “optimisme de la volonté” dont parlait Antonio Gramsci, qui n’est pas une détermination obtuse, ni une confiance naïve, mais bien la seule réponse possible au “pessimisme de l’intelligence”. J’aimerais que ce texte, écrit sur fond de drames passés, collectifs et privés, soit une lecture revigorante, une sorte de fortifiant pour résister au mauvais temps présent. »
Nicole Lapierre

-----------------------------------------
Prix Médicis essai 20015