NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Conseils de lecture

Cadavre exquis
19,00
par (Libraire)
22 mai 2020

La majorité des animaux, touchés par un virus ont été remplacés par du bétail humain. La "Transition" est enfin entrée dans les mœurs et chacun se fait cannibale sans trop sourciller sur l'éthique morale.

A la façon d'un documentaire à la 3ème personne du singulier, le lecteur suit les faits et gestes de notre protagoniste. Gestionnaire d'un abattoir avant tout ça, il continue avec les nouvelles normes pour payer les soins de son bien-aimé père malgré le dégoût profond qui le ronge de l’intérieur. Que faire d'autre pour supporter la vie alors que sa femme le fuit, le deuil l'accable, sa sœur l'exaspère.... jusqu'au problème de trop. Une femme.. une femelle domestique de grande qualité, pour être précis, offert à ses soins en guise de dédommagement.

Dans tous les sens du termes, voilà un livre qui prend aux tripes. On vacille dans nos convictions, entre horreur et compassion à mesure qu'on tourne les pages. Avec toujours cette idée d'arrêter cette lecture déstabilisante mais avec l'obsession indécente de vouloir en savoir plus, savoir en fin de compte si le récit offre un échappatoire à l'horreur ou une simple trappe pour les enfers. Âmes sensibles d'abstenir.


Une république lumineuse
18,00
par (Libraire)
20 mai 2020

Terreurs enfantines

Les enfants ont ceci d'inquiétant qu'ils ne sont pas de notre monde. Parce qu'ils n'ont pas encore appris à les ignorer, ils voient des choses que nous ne voyons pas. Ils comprennent des mystères que nous avons renoncé à percer. Quand ils nous ne le font remarquer, nous nous extasions ou bien prenons peur.
Cet écart entre notre réel et le leur est la substance de ce roman exceptionnel, construit autour d'un fait divers fictif, survenu au milieu des années 90, au Brésil, suppose-t-on.

Le narrateur, employé municipal de la ville de San Cristobal, raconte, des années plus tard, ce qu'il a vu, et à quel point cette histoire continue de le hanter.
Des enfants donc, sortis de la jungle, des égouts ou bien de nos propres maisons, ont commencé à frayer en bandes. Sauvages, libres, incompréhensibles, et par conséquent dangereux. Invisible aux yeux des citoyens, comme le sont les sans-abris, ou les immigrés, la horde a enflé, pour qu'on la remarque, pour qu'il ne soit plus possible de faire sans elle, pour qu'en définitive, la confrontation ait lieu.

Le lecteur découvre cette fable terrifiante et bouleversante par le récit d'un homme qui a déjà fait le bilan de l'expérience, qui est déjà loin de la panique et de l'incompréhension de ces quelques semaines de peur. Cette tonalité dépassionnée et presque mélancolique du récit est l'une des belles trouvailles littéraires du roman car elle se permet le temps de l'analyse et tient à distance le sensationnel, le suspens, qui aurait pu parasiter l'infinité de réflexions que suscitent les faits, bruts, nus. Elle nous fait aussi comprendre à quel point la vie personnelle d'un observateur biaise son témoignage et le contamine.

Andrés Barba a cette intelligence littéraire de ne jamais aller du côté des chemins déjà parcourus. A aucun moment il ne sera question de Sa majesté des mouches ou d'un quelconque mythe de l'enfant féral. Ces gamins qui s'en prennent aux adultes de San Cristobal, au contraire, sont un produit de l'urbanité, la face négative de la civilisation, surgie pour la questionner, jusqu'au harcèlement, jusqu'à l'agression. Gratuite ? C'est toute la question du roman, sans réponse, que de savoir qui, de l'agresseur et de la victime, est le vrai coupable. L'enfant qui mord, ou l'adulte qui lui serre le bras ?
Après toutes ces années, notre narrateur est toujours incapable de le déterminer et nous laisse, nous lecteurs, avec le même désarroi, la même inquiétude muette. Qu'offre-t-on à nos enfants ?


Rupture, tarot et confiture
14,95
par (Libraire)
18 mai 2020

Bonne humeur et mauvaise foi

Un bon moment passé avec ce premier roman qui fait facilement rire et sourire grâce à sa protagoniste bien maladroite !

Car Camille n'a pas la vengeance facile. Et pourtant, elle qui ne rêve que d'une chose : en faire baver à son ex compagnon manipulateur. Pour cela, elle s'engage dans les moyens les plus improbables pour y parvenir, sous couvert de reprendre sa vie en main, au grand désespoir de son entourage qui la connait bien.

Des péripéties que l'on a plaisir à suivre. Des doutes que l'on partage tous un jour dans notre vie. Une héroïne dans l'air du temps. En somme un bon cocktail d’humour et de légèreté.


La disparition des enfants Greystone, Tome 01, La disparition des enfants Greystone
15,90
par (Libraire)
18 mai 2020

Une aventure déroutante

Une intrigante aventure sur plusieurs tomes qui promet d'être trépidante ! Le récit est très addictif et le scénario plutôt inattendu.

En effet, lorsque la fratrie Greystone -tous attachants à leur façon- découvrent que trois enfants kidnappés font la une des médias, ils s'étonnent d'avoir avec eux beaucoup de points communs, jusqu'à leur nom et prénoms. Alors qu'ils souhaitent faire part de leur stupéfaction à leur mère celle-ci disparaît à son tour, les entraînant dans une folle enquête.

Un roman entre suspens et humour, des personnages malins et touchants, des énigmes mystérieuses, autant de choses qui donnent envie de lire la suite !


THORNHILL

Le Rouergue

19,90
par (Libraire)
18 mai 2020

Boum boum

Un livre très intelligemment construit qui alterne deux époques, 1982 et 2017, et deux portraits de jeunes filles réunies par leurs solitudes et un inquiétant orphelinat.
D'un côté, le journal intime de Mary, pensionnaire de Thornhill, mutique, blessée et harcelée par une petite terreur. De l'autre, Ella, qui s'installe avec son père, 35 ans plus tard, à proximité de l'établissement désaffecté. L'histoire d'Ella vous sera racontée uniquement en images, sans paroles, avec comme seuls indices une date sur un calendrier, un mot laissé par le père absent, des coupures de presse...
Le procédé est ingénieux et parfaitement maîtrisé. Il plonge le lecteur au cœur d'une ambiance à la fois sombre et douce, dans l'intimité de ces personnages qui cherchent leur place dans le monde et composent comme ils peuvent avec leur douleur.
Le travail d'édition est splendide, avec une couverture cartonnée, une tranche noire et une impression des gris particulièrement soignée qui sert le talent de cette autrice et dessinatrice très prometteuse.
Un livre à conseiller pour adultes et jeunes bons lecteurs à partir de 10 ans.