NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Conseils de lecture

La robe de mariée

Marguerite Waknine Éditions

9,00
par (Libraire)
15 décembre 2015

Broderie

Il y a d'abord l'histoire, véridique, de Marguerite Sirvins, schizophrène passionnée qui, enfermée à l'asile, se mit à confectionner sa robe de mariée dans l'attente d'un hypothétique fiancé qui ne viendrait jamais.

Chef d'oeuvre de l'art brut, la robe aujourd'hui exposée à Lausanne est d'une finesse troublante pour un vêtement conçu à partir de chiffons effilochés.
Ensuite, il y a ce texte, impressionnant monologue intérieur tissé lui-aussi avec maestria par Katherine L. Battailellie, et duquel transpire tout l'espoir pathétique d'une femme privée d'amour jusqu'à la folie.
Précieux et succinct, le texte trouve un écrin idéal aux éditions Marguerite Waknine, feuilles jointes mais libres bien à l'abri dans leur protège-cahier.


Légationville

China MIEVILLE

12-21 éditions

15,99
par (Libraire)
14 décembre 2015

La planète où l'on ne sait pas mentir

Sa réputation n'est plus à faire, il est déjà considéré comme l'un des auteurs de science-fiction les plus inventifs du moment, mais croyez-moi, avec Légationville, Miéville produit son roman le plus ambitieux.

Le contexte : Ariéka, planète lointaine posée à la lisière de l'univers connu. Ici, les autochtones - poliment appelés les Hôtes - sont des créatures insectoïdes si on peut dire dont la principale caractéristique est de parler la Langue à l'aide de leur deux organes vocaux. La Langue n'est pas seulement un langage tel que nous le concevons, c'est aussi une philosophie complète du rapport de l'être au monde. Le monde fait partie de la Langue. Tous les êtres vivants, s'ils existent, font partie de la Langue. Et par conséquent, tout dans la langue est qualification et analogie. La conséquence directe de ceci est qu'il est impossible de mentir en Langue, ni même de parler de choses ou de concepts qui n'ont jamais été évoqués.

C'est dans cet univers singulier qu'a été construite Légationville, une ambassade humaine où hommes, Ariékans et autres races extra-terrestres cohabitent en paix. Dès le début du roman, on débarque éberlué dans ce paysage totalement nouveau et le premier tiers du livre est une virtuose présentation de cette communauté, de cette planète, de cette race, de cette Langue. Alors oui, il faut s'accrocher car tout ici est neuf et mérite explication mais pour le lecteur amateur de science-fiction rigoureuse, quel plaisir de lire la prose d'un auteur dont la pensée dépasse le folklore spatial, à tel point que les questions linguistiques posées par la Langue sont à ma connaissance inédites : il n'existe pas non plus, il me semble, de langage humain approchant de près ou de loin cette stupéfiante conception de la communication. A la lecture, on se prend ainsi à repenser notre rapport aux mots, aux définitions, au réel, tout en suivant une aventure faite d'action, de trahisons, de coups de théâtre.

Tissant une intrigue profonde et haletante, Légationville réussit le pari fou de mêler linguistique et aventure, science-fiction et philosophie, tout en portant en creux un message d'espoir pour aujourd'hui et les siècles à venir, car s'il est possible de comprendre et de vivre en harmonie avec des êtres aussi étranges que les Ariékans, peut-être qu'il ne serait pas si difficile de se comprendre entre simples êtres humains.


Légationville

Fleuve éditions

par (Libraire)
14 décembre 2015

La planète où l'on ne sait pas mentir

Sa réputation n'est plus à faire, il est déjà considéré comme l'un des auteurs de science-fiction les plus inventifs du moment, mais croyez-moi, avec Légationville, Miéville produit son roman le plus ambitieux.

Le contexte : Ariéka, planète lointaine posée à la lisière de l'univers connu. Ici, les autochtones - poliment appelés les Hôtes - sont des créatures insectoïdes si on peut dire dont la principale caractéristique est de parler la Langue à l'aide de leur deux organes vocaux. La Langue n'est pas seulement un langage tel que nous le concevons, c'est aussi une philosophie complète du rapport de l'être au monde. Le monde fait partie de la Langue. Tous les êtres vivants, s'ils existent, font partie de la Langue. Et par conséquent, tout dans la langue est qualification et analogie. La conséquence directe de ceci est qu'il est impossible de mentir en Langue, ni même de parler de choses ou de concepts qui n'ont jamais été évoqués.

C'est dans cet univers singulier qu'a été construite Légationville, une ambassade humaine où hommes, Ariékans et autres races extra-terrestres cohabitent en paix. Dès le début du roman, on débarque éberlué dans ce paysage totalement nouveau et le premier tiers du livre est une virtuose présentation de cette communauté, de cette planète, de cette race, de cette Langue. Alors oui, il faut s'accrocher car tout ici est neuf et mérite explication mais pour le lecteur amateur de science-fiction rigoureuse, quel plaisir de lire la prose d'un auteur dont la pensée dépasse le folklore spatial, à tel point que les questions linguistiques posées par la Langue sont à ma connaissance inédites : il n'existe pas non plus, il me semble, de langage humain approchant de près ou de loin cette stupéfiante conception de la communication. A la lecture, on se prend ainsi à repenser notre rapport aux mots, aux définitions, au réel, tout en suivant une aventure faite d'action, de trahisons, de coups de théâtre.

Tissant une intrigue profonde et haletante, Légationville réussit le pari fou de mêler linguistique et aventure, science-fiction et philosophie, tout en portant en creux un message d'espoir pour aujourd'hui et les siècles à venir, car s'il est possible de comprendre et de vivre en harmonie avec des êtres aussi étranges que les Ariékans, peut-être qu'il ne serait pas si difficile de se comprendre entre simples êtres humains.


Le Dictionnaire Khazar
24,00
par (Libraire)
5 décembre 2015

Mystères par ordre alphabétique

Que vous puissiez tenir ce livre entre vos mains tient presque du miracle. D'où vient-il ? Pourquoi a-t-il été écrit ? Ça n'est qu'en le lisant que vous trouverez des indices qui vous permettront de répondre à ces questions et comprendre peut-être un peu mieux le mystérieux peuple khazar.

Car ce livre une énigme. Il vient du fond des âges. On dit qu'il a été dicté par des perroquets, qu'il est passé entre les mains de cent mages et autant d'érudits, qu'il a des dizaines d'auteurs et change même parfois de sexe.

Mais oubliez vos préjugés et plongez dans la lecture merveilleusement poétique de cet inventaire de légendes, dans ce labyrinthe duquel on n'aurait jamais envie de sortir.


LE NUAGE EN PANTALON
11,00
par (Libraire)
20 novembre 2015

Absolu

C'est l'un des poèmes les plus beaux et les plus puissants de Maïakovski.

Enfermé dehors, sous la pluie, le poète appelle de toutes ses forces la belle Marie pour qu'elle lui ouvre sa porte.

Charge contre la douleur de l'amour, contre la rage d'être au monde, ce monde, tout ici se tisse et la violence des mots éclate en un somptueux feu d'artifices et d'invectives salées.

"On ne doit plus rien pardonner -
J'ai cautérisé l'âme où croissait la tendresse,
et c'est plus difficile
que de prendre d'assaut mille et mille Bastilles !"

D'une infinie beauté, la traduction de Charles Dobzynski ne souffre d'aucun défaut mais pour les puristes, cette édition bilingue permettra aussi aux russophones de savourer idéalement la sonorité originelle d'un texte entré dans l'histoire de la poésie mondiale.