NOUVEAU : Pour le retrait de vos commandes déjà payées, ouverture d'un accès indépendant place du Maréchal Leclerc. Sonnez à la porte rouge.

Conseils de lecture

Je sens grandir ma peur
6,50
par (Libraire)
19 juin 2020

Argh !

Passé un peu inaperçu à sa sortie, cet excellent thriller psychologique arrive en poche et vous promet une belle montée d'adrénaline.
Ça commence par un trajet en voiture, où la banalité des conversations cache mal un sentiment d'étrangeté, de plus en plus pesant. Et puis le jeune couple arrive chez les parents de Jake, dans une ferme isolée. Et l'ambiance devient carrément inquiétante, et la pression monte, et elle ne vous lâchera plus.
C'est finement mené. C'est oppressant et virtuose. C'est un premier roman qui donne la chair de poule.


Underground railroad
8,20
par
15 juin 2020

Underground railroad

UN SUPERBE ROMAN! Souvent inconfortable, peut-être même parfois insupportable, irrespirable, mais… indispensable, incontournable, lu en un temps où aux États-Unis un policier blanc assassinait un énième homme noir.

Underground Railroad, "le chemin de fer clandestin", ne possède ni gares, ni rails, ni quais, ni trains, ni chefs de gare… Il s'agit en fait d'un réseau de routes et chemins, doublé d'une organisation d'hommes et de femmes qui, durant le 19e siècle, ont activement aidé des esclaves venus d'Afrique à s'enfuir… Suivant les États, ces blancs, qui croyaient en un monde plus juste, risquaient leur vie à tout moment, lynchage ou pendaison assurés en cas de dénonciation.

Arnold Ridgeway est un fils de forgeron. À 18 ans, il devient chasseur d'esclaves. Impitoyable monstre de cruauté, il est considéré comme infaillible et sème la terreur autant parmi les esclaves que parmi ceux qui les aident, depuis la Géorgie jusqu'à New York.

Cora a 16 ans. Esclave dans une immense plantation de coton de Géorgie, elle a été abandonnée par sa mère qui a réussi à s'enfuir. Battue, fouettée plus souvent qu'à son tour, violée, affamée, elle accepte un beau jour de suivre un jeune garçon, Caesar, esclave comme elle, dans une fuite désespérée.. Après quelques jours d'une course folle et épuisante dans les marais pour s'éloigner le plus vite possible de la plantation, - s'ils étaient repris, ils seraient torturés puis mis à mort - , ils trouvent leur première "gare" et rencontrent leur premier "chef de gare".

C'est un roman fort où la peur est bien présente, où même les périodes calmes et tranquilles laissent traîner un sentiment d'inquiétude. Un roman qui nous rappelle toutefois que… à une époque pas si lointaine, des hommes achetaient d'autres hommes, les possédaient comme on possède une marchandise, les utilisaient, les vendaient, les supprimaient quand ils n'en avaient plus besoin. Un sacré bouquin.

Une citation du livre:
"Et l’Amérique est également une illusion, la plus grande de toutes. La race blanche croit, croit de tout son cœur, qu’elle a le droit de confisquer la terre. De tuer les Indiens. De faire la guerre. D’asservir ses frères. S’il y avait une justice en ce monde, cette nation ne devrait pas exister, car elle est fondée sur le meurtre, le vol et la cruauté. Et pourtant nous sommes là."


Les Saisons

Christian Bourgois

7,50
par (Libraire)
10 juin 2020

Indépassable

Quarante ans après sa première publication, voici enfin la parution au format poche d'un livre unique, décisif pour des milliers de lecteurs et de lectrices.Contrairement à bon nombre de romans importants que le temps aura fini par recouvrir d'une couche d'oubli et d'indifférence, "Les saisons" n'a jamais cessé d'être lu, acheté et vanté. Une semaine avant cette sortie en poche, nous en vendions encore un exemplaire. "Les saisons", ce pourrait être un classique si ce n'était pas si moderne, si neuf, année après année.
Fable intemporelle, extrême et énigmatique, "Les saisons" est un roman qu'on ne peut pas oublier tant il est plein d'images et de sensations prégnantes. Le gel de l'hiver, l'humidité de l'automne, Maurice Pons parvient à nous les faire ressentir dans notre chair.

Aux côtés de Siméon, qui vient de l'horreur et pour qui tout désormais ne pourra être que meilleur, le lecteur découvre un village étrange, un monde du sensoriel, de la boue et de la sueur, du poil et de la peau. Dans ce maelstrom d'odeur et d'humeurs, c'est une grande littérature qui se construit, sous la plume discrète de Siméon et sous notre œil stupéfait.

Livre des sens et du sens, "Les saisons", dans la force de l'âge, naît aujourd'hui pour la deuxième fois.


Un long voyage

Forges de Vulcain

19,00
par (Libraire)
10 juin 2020

Trouver sa place

Un premier roman époustouflant qui vous emporte dans des contrées étranges que vous apprendrez à connaître par le regard de Liesse. Ce vieux narrateur, feuilletant le livre de sa vie, est un jeune homme au début de l'histoire, frappé par un destin malheureux, abandonné par sa propre mère, rejeté par les siens et finalement engagé par une ambassadrice charismatique.
Tous deux partent pour un long voyage, pour des grandes aventures, tragiques, flamboyantes ou mystérieuses et dès les premières phrases, le lecteur se fait happer par un style fluide et raffiné.

D'intrigues politiques en rebondissements, il faudra toute une vie à Liesse pour savoir qui il est vraiment, pour se sentir légitime, pour ne plus avoir l'impression d'être un imposteur.

Par quelles épreuves faut-il passer ? Quels défis ils faut relever pour qu'enfin, on se sente bien là où l'on est, à sa place ? C'est tout le sens de ce beau livre où chaque personnage se débat avec sa position sociale, son rôle dans le monde, dans l'Histoire.

Cela aurait pu se dérouler au Cambodge ou au Venezuela mais, au fait, on ne vous l'a pas dit, cette histoire se passe dans un monde totalement imaginaire, sans que cela ait la moindre importance puisque c'est de sentiments humains dont on parle.

En route !


Le tambour des larmes
9,90
par (Libraire)
9 juin 2020

Antigone du désert

D'abord, il y a le style, ce français de Mauritanie que manie Beyrouk avec poésie et finesse. Ensuite il y la puissance de cette histoire, très subtilement imbriquée dans notre monde contemporain tout en portant des accents de tragédie antique. Souvent, en suivant le destin de cette héroïne, on pense à une Antigone moderne, un Antigone du désert, en rébellion, seule contre tout et tous, et qui lutterait non pour elle mais pour toutes les autres.