La Danseuse de Mao

La Danseuse de Mao

Hza Bazant

Pika éditions

  • 10 mars 2019

    Le grand prédateur

    Mao Tsé-Toung collectionnait les maîtresses. Soldates ou artistes, le
    dictateur adultère les aimait jeunes et fraîches. Ce secret d’Etat aujourd’hui
    éventé a inspiré à l’écrivain sino-américain Qiu Xiaolong le sixième de ses
    onze romans, « La danseuse de Mao » (2008). Il y évoque la face criminelle de
    ce grand tabou maoïste : au nom du silence et pour sauver les apparences, ce
    régime moraliste et puritain n’a pas hésité à éliminer les proies du Grand
    Timonier et les témoins de ses infidélités.
    Les pontes du parti jettent ainsi en pâture à l’inspecteur Chen le destin de
    la belle actrice Shang Yunguan, défenestrée en pleine Révolution culturelle.
    Que cachent sa mort et celle de sa fille, écrasée par un autobus ? Et que
    cache sa petite-fille, au train de vie de riche héritière ? On compte sur
    l’enquêteur intègre et franc-tireur pour déminer le scandale sans avoir à
    mouiller de services officiels. Il va s’y prendre à sa manière, discrète et
    détournée, dans ce système où justice et loi sont parfois incompatible.
    Cette histoire tragique, avec ses intrigues de palais et ses flashbacks
    historiques, était idéale pour devenir un roman graphique. Le scénariste
    Olivier Richard l’a redécoupée et épurée, le dessinateur tchèque Hza Bazant
    l’a mise en images. Son trait brut et dynamique, dans un noir et blanc relevé
    de taches de couleur, donne des visages à l’oppression et à la duplicité, dans
    une atmosphère de violence et de paranoïa.
    Qiu Xialong a validé cet ouvrage qui respecte sa vision de la Chine mais aussi
    la personnalité de son flic-poète et la double nature de Shanghai, ville de
    pouvoir restée ouverte sur l’extérieur. Un opus qui s’inscrit dans une longue
    tradition française de mariages réussis entre la littérature noire et le
    graphisme.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u