• 17 mai 2021

    Pour son quatrième numéro Hiver 2020, Tempura propose un dossier entier sur la question des croyances au Japon. On y évoque les dernières chamanes du Japon et la difficulté de transmission de ces savoirs ancestraux, l'omniprésence des angoissants mystères de Tokyo (fantômes, esprits malins, etc) ou encore les momies de religieux bouddhistes, vénérées encore aujourd'hui.

    Un article très intéressant sur la résilience et la fragilité de la culture Aïnou, comment le Japon a dans le passé tenté de faire disparaitre cette culture et comment elle a survécu. Un autre, plus singulier, sur les idoles et la façon dont les fans leur vouent un culte.

    En dehors de ce dossier, j'ai aimé le Carnet de voyage à Sado (les amateurs de bons mots, ce n'est pas ce que vous croyez) et l'article sur l'intérieur des habitats des Japonais ainsi que la série de photos de Kyoichi Tsuzuki.

    Un grand plus à l'entretien avec Shiori Ito, la journaliste qui a publiquement dénoncé le viol qu'elle a subi dans un Japon sociétalement cadenassé.