Un bref instant de splendeur

Un bref instant de splendeur

Ocean Vuong

Gallimard

  • par (Libraire)
    24 avril 2021

    Ocean Vuong oscille entre une plume très poétique, pour raconter les violences de son enfance, et une autre, plus crue pour les premiers émois de son adolescence. Un très beau premier roman.


  • par (Libraire)
    6 avril 2021

    Premier roman très réussi !

    Sous la forme d'une lettre adressée à sa mère analphabète, "Un bref instant de splendeur" est un roman d'éveil à la sensualité, à la beauté du monde - ainsi que sa dureté.
    Inventivité de la langue, puissance des images, le jeune poète Ocean Vuong a totu du virtuose.
    Marqué par la mémoire familiale de la guerre du Viêt Nam ,
    Marqué dans son corps par son engagement dans la culture queer,
    Marqué dans sa chair par le racisme anti-asiatique ;
    Ocean Vuong apparaît comme un digne descendant d'un certain James Baldwin.


  • par (Libraire)
    16 mars 2021

    Un bref instant de splendeur

    Lettre à une mère analphabète
    Little Dog, surnom du narrateur, est une jeune Vietnamien immigré aux Etats-Unis avec sa famille. Sa grand-mère Lan est hantée par la guerre du Vietnam, sa mère est analphabète : son école a été détruite par l'armée américaine.
    Sous la forme d'une lettre à sa mère, ce premier roman et magnifique est un moyen de poser des mots sur des traumatismes familiaux.


  • par (Libraire)
    15 mars 2021

    Brûlant

    En toute impudeur, "Un bref instant de splendeur " réinvente le récit autobiographique à travers les fragments d'une seule vie entre une grand-mère traumatisée par la guerre du Vietnam, une mère cabossée par son enfance et lui, l'enfant. « Tu es une mère, Maman. Tu es également un monstre. Mais j’en suis un aussi – et c’est pourquoi je ne peux me détourner de toi.»
    Little dog, le narrateur mais aussi l'auteur, nous conte dans une langue dépouillée, les coups, les larmes, les traumatismes et sa renaissance. Il dresse un portrait tendre et féroce de ses deux figures maternelles entre lesquelles il oscille et se construit. Il ose les mots, les détourne et les rappelle pour décrire ô combien il aurait pu perdre pied dans ce nœud familial. Il reste fragile et courageux pour aller au bout de ses révélations : son homosexualité.
    Cette lettre ouvre une fenêtre sur l'intime, les tourments, les fragilités et l'acte de rédemption. Magnifique et poétique.
    ~~ Catherine ~~


  • par (Libraire)
    28 février 2021

    Sublime

    "Je repense à la beauté, à ces choses qu'on chasse parce qu'on a décidé qu'elles étaient belles. Si la vie d'un individu, comparée à l'histoire de notre planète, est infiniment courte, un battement de cils, comme on dit, alors être magnifique, même du jour de votre naissance au jour de votre mort, c'est ne connaître qu'un bref instant de splendeur."

    C'est une lettre. La lettre d'un fils à sa mère, qui, dit-il, ne la lira jamais. Un fils élevé par sa mère et sa grand-mère, tous trois issus de l'immigration vietnamienne aux États-Unis.
    Une lettre sublime, d'une rare poésie, où coule le flot de la mémoire, des émotions, et de chacun de ces milliards d'instants qui composent la mosaïque qu'est l'individu.

    Avec une justesse bouleversante, Ocean Vuong convoque l'enfance, le déracinement, la non-communication, la violence et la tendresse toujours intrinsèquement liées, la folie et la compassion, la masculinité et l'éveil du désir, des rizières du Vietnam à la terre battue des champs de tabac des États-Unis.
    Un roman d'une beauté éclatante, coup de coeur conjoint de E. et B.


  • 23 février 2021

    Si fragile splendeur

    Si la splendeur existe, elle est dans les êtres, dans le regard qui en est habité, dans les mots qui la créent. Elle est donc fragile, et toujours à reprendre. Ce livre est comme un fil tendu, étiré, prêt à rompre - et qui d'ailleurs ne cesse de se rompre, car la violence est bien là, des villages du Vietnam aux banlieues américaines. Ocean Vuong compose une mosaïque, un tissage de motifs, de lieux et d'époques pour approcher ces vérités qui nous dépassent : nous sommes les enfants de nos parents, nous sommes pris dans le temps et nous habitons le monde. Ainsi il fait surgir de vrais éclats de splendeur.

    Frédéric


  • par (Libraire)
    13 février 2021

    Ce livre est la lettre d’un fils à sa mère qu’elle ne lira jamais.

    Un récit semi-autobiographique très puissant qui aborde divers sujets comme les difficultés de se confier à sa mère, la dure vie des émigrés, le racisme, la drogue... Il nous parle aussi de façon plus personnelle de ses sentiments, de son homosexualité.
    Le tout écrit dans une langue éblouissante, on ressent parfaitement le talent poétique de l’auteur qui n’a pas peur de nous parler de manière crue et dure de tous ces sujets tabous. Ocean Vuong décortique parfaitement l’enfance dans cette lettre salvatrice d'une grande intensité.

    Une confidence émouvante et sincère qui m’a beaucoup touché, avec des passages que j’ai eu plaisir à relire plus posément.


  • par (Libraire)
    29 janvier 2021

    Un grand, très grand roman !
    Texte épistolaire adressé à une mère qui ne sait pas lire, abordant avec brio les thèmes de la famille, de la guerre et de ses conséquences, de l'immigration, du rêve/cauchemar américain, du désir aussi.
    Le langage y est traité comme un personnage à part entière. Le propos est complexe et totalement dénué de manichéisme. L'auteur nous propose notamment une fine réflexion autour de la masculinité. Son style, remarquable, oscille entre poésie et prosaïsme, entre brutalité et délicatesse, sans jamais être démonstratif.
    C'est riche, c'est dense, c'est splendide !


  • par (Libraire)
    26 janvier 2021

    Un livre rare et très précieux

    Dans une lettre à sa mère analphabète, le narrateur revient sur ses origines vietnamiennes et son enfance américaine. Les mots, la langue et la poésie seront ses armes et sa liberté. Un bref instant de splendeur est le roman du déracinement, de la mémoire des vaincus et des grandes espérances défaites. Ocean Vuong nous offre un livre rare et très précieux.


  • par (Libraire)
    22 janvier 2021

    Un cri libérateur !

    Un roman sous forme de lettre envoyée à sa mère, un roman comme un cri libérateur.
    L’auteur rapporte ici, sans tabou et de façon souvent crue ; son enfance, ses peurs, ses violences et ses amours.
    Une écriture très poétique, un roman puissant, des mots déchirants…
    Un voyage littéraire à explorer !

    Isabelle


  • par (Libraire)
    21 janvier 2021

    Magnifique

    Dans une langue à la beauté stupéfiante,
    à travers un longue lettre écrite à sa mère, l'auteur, jeune américano-vitnamien, nous livre sa confession et revient sur une guerre dont les traumatismes sont toujours présents.
    Le titre : "Un bref instant de splendeur" fait écho à ce que nous ressentons en refermant le livre.


  • 21 janvier 2021

    Splendide ! (comme son nom l'indique)

    Un fils adresse une lettre à sa mère, qui ne la lira probablement jamais. Il y raconte son histoire familiale, les traumatismes laissés par une guerre du Vietnam plus que jamais qualifiable de "massacre", l'ancrage de ce passé dans leurs os, et y évoque le racisme envers les personnes asiatiques aux Etats-Unis. La découverte de son homosexualité dans un champ de tabac, aussi, en pleine campagne américaine toujours plus délaissée et appauvrie.

    Roman coup de poing franchement nécessaire, qui prend rôle de mémoire d'un peuple et de pansement salutaire. Splendide !


  • par (Libraire)
    15 janvier 2021

    Un prodige

    C’est une lettre. La longue lettre écrite à celle qui ne la lira jamais. Enfant migrant du Vietnam vers une famille américaine hypothétique, élevé par une mère et une grand-mère égarées par la douleur et la laideur du quotidien, ‘Little Dog’ va se découvrir.
    Il va apprendre à accepter ses différences, et se révéler grâce à Trevor, son unique et toxique amour, si abîmé par la vie.
    Ocean VUONG est un prodige : il transforme en beauté et en poésie les pires horreurs, les situations les plus épouvantables. La société américaine des immigrés et des sans grades décrites sans fard et dans une langue exceptionnelle.
    Je n’avais jamais lu un tel roman, et n’avait plus été chamboulé à ce point depuis bien longtemps.
    Plongez dans la lecture de cette merveille, et laissez-vous emporter

    Jean-Loup / Libraire