Les fureurs invisibles du coeur

John Boyne

Le Livre de poche

  • Conseillé par
    1 avril 2021

    Reniée par sa famille, bannie du village par le prêtre catholique, Catherine Goggin se retrouve à Dublin à seize ans, enceinte et sans le sou. En cette année 1945, dans la très catholique Irlande, les filles-mères sont considérées comme des prostituées et n’ont souvent d’autre choix que de confier leurs bébés à l’adoption. Son fils devient donc Cyril Avery, l’enfant d’un couple aisé et excentrique qui l’accueille avec charité mais indifférence. Il ne sera jamais un vrai Avery, qu’il se le dise ! Cyril a sept ans quand il fait la connaissance du fils de l’avocat de son père adoptif et éprouve un véritable coup de foudre pour le beau et sûr de lui Julian. Ainsi Cyril se découvre gay et en grandissant il va affronter les préjugés et la sévérité d’un pays qui ne se contente pas de bannir les homosexuels. On peut les emprisonner, les tabasser et même les tuer tant ils sont des dégénérés insupportables dans une société encore régie par un clergé catholique intolérant et rigide. Son salut viendra avec sa fuite et c’est hors de l’Irlande qu’il pourra enfin s’épanouir, aimer, être aimé et assumer sa sexualité. Viendront les années 80, le Sida, des rencontres, des pertes, des deuils, des retrouvailles et l’espoir de retourner en Irlande pour enfin se réconcilier avec son pays, son passé, son histoire.

    Oh là là quel livre !! L’épopée d’un homosexuel irlandais de 1945 à 2015 avec une galerie de personnages hauts en couleurs, des drames, des joies, de l’amour, de la haine, du sexe et des curés.
    L’ombre de John Irving plane sur Les fureurs invisibles du cœur et John Boyne ne s’en cache pas, le livre lui est dédié et son personnage lit Le monde selon Garp. On retrouve l’ambiance de A moi seul bien des personnages, pour le cheminement d’un homosexuel et l’évolution de la société. S’y ajoute une similitude avec les thèmes abordés dans Inishowen de Joseph O’Connor ou Philomena de Martin Sixsmith.
    Mais qu’on ne s’inquiète pas, John Boyne a son propre style. Entre tendresse, tristesse, réalisme et une bonne dose d’humour, il nous emporte dans le tourbillon de la vie d’un homme né trop tôt, au mauvais moment, au mauvais endroit. Tant d’années gâchées à vivre dans la honte, à se contenter de rapports sexuels rapides, discrets, la peur au ventre. John Boyne en profite pour égratigner une société puritaine et hypocrite, une religion catholique qui l’est tout autant et critique vivement les hommes d’église, moralisateurs, intolérants, toujours prêts à juger et à condamner. Cyril Avery est un personnage qui émeut, qui agace mais qu’on accompagne avec bonheur tout au long de ces plus de 800 pages, avec tous ceux qui l’entourent, ses curieux parents adoptifs, son meilleur ami et amour de jeunesse, sa mère biologique, son épouse légitime, son grand amour, etc., tant de personnages bien décrits, à la forte personnalité, qu’on quitte avec regret.
    Tout sonne juste dans ce roman addictif, émouvant et plein d’espoir. Un énorme coup de cœur.


  • Conseillé par (Libraire)
    4 juillet 2020

    Les fureurs invisibles du cœur

    Un magnifique roman à la fois drôle et émouvant. Un très beau personnage masculin Cyril. Un roman sur la tolérance et l'empathie..
    L'histoire débute dans les années 50 en Irlande, Catherine met au monde un garçon qu'elle laissera aux sœurs et c'est ce garçon que l'on va suivre des années 50 à nos jours..


  • Conseillé par (Libraire)
    22 mai 2020

    Conseillé par Agathe, Chloé et Marie-Laure

    « L’idée que je puisse être atteint par ce qui était alors considéré comme une maladie mentale m’aurait horrifié. »

    Cyril Avery n’est pas encore né qu’il raconte déjà son histoire. Depuis le ventre de sa mère, il relate comment cette dernière devenue fille-mère dans l’Irlande rurale des année 40, fut bannie de son village par un prêtre hystérique. Après sa fuite vers la capitale, la jeune femme accouchera du petit Cyril à Dublin. Le destin de ce bébé sera un destin extra-ordinaire.

    Entre les années 1945 et 2015, l'enfant grandit puis vieillit et nous, lecteurs, nous attachons à toutes ses (més)aventures. John Boyne signe une véritable fresque romanesque, extrêmement bien ficelée, qui introduit une ribambelle de personnages haut en couleurs. Le mordant des dialogues, presque drôles, contrastent avec une Irlande qui vit une de ses périodes les plus sombres, où l’homosexualité est considérée comme un délit alors que les valeurs religieuses, puritaines et rigides dirigent le pays. Un grand coup de coeur.


  • Conseillé par (Libraire)
    7 avril 2020

    Cyril naît en 1945 à Dublin, adopté à sa naissance par un couple original, il grandit en solitaire. Rapidement il se rend compte qu’il est attiré par les garçons et va l’assumer, mais dans l´Irlande très religieuse des années 1960 c’est un peu compliqué. Entrez dans la vie de Cyril, vous en serez bouleversés. On rit, on pleure, on suit ses aventures, ses voyages et on l’adore!
    Valérie


  • Conseillé par (Libraire)
    8 février 2020

    Dans ce roman tout simplement sublime, l'auteur nous fait revivre l'histoire de l'Irlande de 1940 à nos jours à travers le destin d'un homme, Cyril qui mènera dès son plus jeune âge et toute sa vie durant un combat pour sa quête d'identité, sa famille et son pays.
    Un livre qui nous laisse sans voix!!

    Conseillé par Eva et Marie