De pierre et d'os

Bérengère Cournut

Le Tripode

  • Conseillé par (Libraire)
    24 août 2019

    Sous la glace

    C'est de la magie qui sort de ce livre.
    Le monde que vous connaissiez, il va falloir le repenser. Imaginer que des géants dorment sous la terre, que des esprits susceptibles flottent autour de nous et n'aiment pas qu'on les dérange, que la glace peut céder, d'un moment à l'autre, et nous séparer de ceux qu'on aime, que le plus grand des dangers, enfin, ne vient peut-être pas de tout ça, de l'environnement violent et des dieux invisibles, mais des êtres humains eux-mêmes, plus animaux que les animaux, et dont il faudra aussi se méfier.

    Dans ce paysage blanc, on suit avec admiration et terreur le parcours acharné d'Uqsuralik, cette héroïne Inuit aux prises avec un destin revêche et une nature hostile.
    Le plus beau ici, c'est sans conteste la manière avec laquelle Bérengère Cournut modifie notre référentiel pour nous faire accepter, comme les personnages animistes du livre, que tout a un sens, loin de la science et des appareils, qu'il y a bien des sortilèges dans des statuettes, que les animaux sont les instruments de quelque chose de plus grand, et que tout ça s'imbrique parfaitement dans l'ordre du monde.
    "De pierre et d'os" vous transporte, vous bouleverse, et construit une oeuvre qu'il est impossible de limiter à un banal "roman ethnologique".


  • Conseillé par
    16 décembre 2019

    Une nuit, alors qu'elle a quitté la chaleur protectrice de l'igloo familial, la jeune Uqsuralik est séparée de son clan par une faille dans la banquise. Son père a tout juste le temps de lui lancer une amulette, une peau d'ours et un harpon dont la pointe se brise durant la chute. Elle peut aussi compter sur sa chienne préférée, qui, par miracle, se trouve du même côté qu'elle. Pour la jeune inuit, commence alors le temps de la solitude, du froid et de la survie. Elle sait qu'il va lui falloir trouver un autre groupe et s'y greffer car dans cette nature hostile, seule, on ne fait pas de vieux os. Par chance, Uqsuralik, malgré son jeune âge, sait se débrouiller sur la banquise. Elle pêche et chasse comme un homme. Elle sera un atout pour son nouveau clan. Loin des siens, sa nouvelle vie sera faite d'épreuves, de chagrins mais aussi d'amour, de rire, de magie et de solidarité.

    Roman initiatique, écologique, poétique, onirique, ethnologique, chamanique mais aussi roman envoûtant, hypnotique, magnifique...De pierre et d'os est tout cela mais c'est aussi un voyage dans le Grand Nord, aux confins du monde, dans un paysage blanc et glacial et une totale immersion dans la culture inuit au côté d'une femme parmi les hommes et les esprits. C'est un monde cruel que nous présente Bérengère Cournut, où l'on tue pour ne pas être tué, où il faut lutter contre les éléments mais on y trouve aussi de la poésie dans la façon d'appréhender la nature, dans les chants et les rites. Peuple solidaire qui sait que sans la chaleur de l'autre on ne survit pas, les inuits vivent au rythme des vents, de la glace et des tabous qui régissent leur société. Les esprits, bons ou mauvais, sont partout présents sur la banquise. A les contrarier, on risque de mourir aussi sûrement que si l'on se laisse surprendre par un ours. La vie ne tient qu'à un fil et les inuits le savent, qui économisent leurs forces, leur chaleur, leur nourriture. Vivant de peu, juste du nécessaire, ils puisent leurs ressources dans la nature mais toujours à bon escient, jamais dans l'excès. Quand on tue une bête, c'est pour se nourrir, se vêtir, s'armer. Tout est utile, rien n'est jeté. Une belle leçon de vie que nous donne ce peuple du Grand Nord.
    Un beau portrait de femme, une découverte immersive de son peuple, un roman d'une beauté rare. Un coup de cœur.


  • Conseillé par
    14 novembre 2019

    Inuit

    Quel magnifique roman sur le peuple Inuit.

    Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge.

    Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

    J’ai aimé suivre Uqsuralik, sa vie difficile.

    J’ai découvert les famines hivernales, les familles qui se composent, se décomposent, se recomposent au gré des saisons de chasse.

    J’ai aimé les chants qui ponctuent le récit.

    Le Vieux et son aura malchanceuse m’a fait peur.

    Un roman sur les cycles de la vie (les bébés qui naissent sont des ancêtres qui reviennent).

    L’image que je retiendrai :

    Celle des maisons faites de pierres trouvées et le pouvoir des amulettes en os.

    Une citation :

    Durant ma longue vie d’Inuit, j’ai appris que le pouvoir est quelque chose de silencieux. Quelque chose que l’on reçoit et qui – comme les chants, les enfants – nous traverse. Et qu’on doit ensuite laisser courir. (p.218)

    https://alexmotamots.fr/de-pierre-et-dos-berengere-cournut/


  • 30 septembre 2019

    Envoûtant !

    Alors qu'elle vient de perdre son premier sang, Uqsuralik est séparée accidentellement de sa famille. Désormais seule sur la banquise, la jeune inuit doit partir à la rencontre des hommes, des animaux et des esprits pour survivre et accomplir son destin.
    Ethno-roman, conte écologique, récit d'aventure, roman initiatique et magnifique portrait de femme, "De pierre et d'os" est un texte aux multiples facettes. Un texte puissant, poétique et magnétique.
    Berangère Cournut nous ouvre une nouvelle fois la porte d'un ailleurs merveilleux, elle nous parle du peuple inuit avec beaucoup de pudeur et respect. Sans doute est-elle un peu chamane elle-même pour nous envoûter ainsi !


  • Conseillé par (Libraire)
    9 septembre 2019

    Le quotidien intemporel des Inuits

    Roman passionnant, poétique et dur parfois comme la Vie, dès la première page, la première ligne ... pour qui aime l'Aventure, découvrir les coutumes et croyances d'un peuple et accompagner une jeune femme forte face à l’adversité !
    Et quelle adversité ! Famine, chasse, nomadisme, banquise, traditions, initiation et dangers ... vous vivrez " à l'Inuit" à travers le regard très intime d'Uqsuralik.
    C'est étonnant d'être dans le tête d'une femme Inuit aux prises avec le quotidien de la faim et de la banquise... étonnant, vraiment car assez rare comme approche !
    Et la couverture, le papier, quel plaisir ! merci à l’éditeur du Tripode pour ces choix de qualité à tous points de vue ...


  • Conseillé par (Libraire)
    28 août 2019

    Sur la banquise, dans les pas d'Uqsuralik, les géants sont sous la terre et les sortilèges dans les statuettes. L'ordre du monde est ainsi fait et tout nous semble naturel.
    Une magnifique écriture pour ce roman lyrique à la frontière de l'ethnologie !

    Céline


  • Conseillé par
    22 août 2019

    Voici un récit intemporel. Uqsuralik est jeune fille inuite de 14 ans. Un soir, alors qu'une nuit sans fin est tombée depuis des semaines sur la banquise, le sol se brise. Séparée de sa famille, elle n'a plus qu'un choix : avancer sans s'arrêter pour survivre. Ainsi s'ouvre l'histoire d'une fille qui deviendra femme, courageuse et forte d'esprit. Avec une écriture douce et poétique, même durant les moments difficiles, Bérengère Cournut raconte le monde des inuits. Croyances, esprits, chants et fêtes, c'est une immersion dans cette culture incroyable et méconnue. Pour tous les lecteurs et lectrices qui cherchent de l'émerveillement, ce livre est fait pour vous.