Le Bal des folles

Le Bal des folles

Victoria Mas

Albin Michel

  • par (Libraire)
    12 novembre 2019

    un roman prometteur

    un roman fort, puissant et magnifique. Un portrait fascinant de ces femmes oubliées, recluses et enfermées. Le portrait d'une époque inflexible.
    Le premier roman de Victoria Mas. On a hâte de lire les prochains.


  • 3 novembre 2019

    Femmes en asile

    On ne sait pas, entre malades et soignants, lesquels sont les plus
    déséquilibrés : ne faut-il pas avoir l’esprit dérangé pour organiser une fois
    par un an un « bal des folles », inviter le tout-Paris à venir contempler les
    patientes du docteur Charcot comme si elles étaient des bêtes curieuses et
    transformer l’hôpital de la Salpêtrière en zoo ? Pendant les jours qui
    précèdent la mi-carême, ces femmes se préparent pour leur seule distraction de
    l’année, sans mesurer le véritable enjeu (montrer le travail des médecins) ni
    comprendre qu’elles seront l’attraction de la soirée. Parmi elles, il y a de
    vraies malades, des excentriques, mais aussi des femmes saines d’esprit dont
    les pères, les maris ou les frères ont estimé qu’elles seraient mieux là que
    chez elles. Louise, une adolescente aux joues rebondies, est très perturbée
    depuis qu’elle a été violée par son oncle. Expédiée à l’asile par sa tante,
    elle devient l’une des patientes-vedettes de Charcot qui l’hypnotise en
    public, état dans lequel elle réitère à chaque fois des crises très
    spectaculaires.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • 12 octobre 2019

    Conseillé par Agathe

    Nous sommes au XIXe siècle à la Salpêtrière : « Entre l'asile et la prison, on mettait à la Salpêtrière ce que Paris ne savait pas gérer : les malades et les femmes. ». Vous l'aurez compris, c'était alors le repère de toutes ces femmes considérées comme folles, internées souvent de force par leur famille, leur mari ou encore par la police, ces « hystériques » formaient une partie des rebuts de la société. Parce qu'elles effrayaient et étaient incomprises, ces femmes étaient vouées à une vie d'emprisonnement et de prétendus soins forcés. On y croise un certain Charcot et ses méthodes douteuses d'hypnose.
    Plusieurs femmes dirigent le récit : Geneviève, une infirmière de longue date dont la foi en la science et en Charcot est inébranlable, la jeune Louise, abusée sexuellement par son oncle dont le corps traumatisé est secoué de violentes crises de convulsions et puis il y a Eugénie, tout juste internée de force par son père car elle lui a avoué avoir la faculté de voir et communiquer avec les fantômes. Avec cette dernière, le roman prend une véritable tournure surnaturelle, les frontières du réel sont minces et l'enjeu du roman tient justement sur cette faculté de remise en question de nos propres croyances. L'histoire de ces femmes est rythmée par l'avancée du bal de la mi-carême, une occasion à ne manquer sous aucun prétexte car considéré comme l’événement parisien de l'année ! Durant ce bal, les sains d'esprit se mêlent aux folles pour un joyeux mélange excentrique, afin de mieux se moquer de ces pauvres femmes. C'est à ne plus différencier qui est fou de qui ne l'est pas.

    Une histoire magnifique dans un contexte historique plutôt inédit mené par des personnages féminins complexes : ce premier roman est une grande réussite.


  • par (Libraire)
    28 septembre 2019

    COUP DE COEUR

    En 1885, Jean-Martin Charcot organise, dans l'asile de femmes où il expérimente des techniques pour soigner les malades, un rendez-vous festif costumé et dansant qu'il appelle "Le bal des folles".
    Un événement mondain pour exposer les aliénées au public, à la bonne société qui a finalement rejeté et fait interner de façon arbitraire des femmes simplement différentes, meurtries, ou fragiles psychologiquement.
    Un premier roman bien documenté et très intéressant !


  • par (Libraire)
    28 septembre 2019

    Coup de coeur de Laëtitia

    Ce n'est pas tant le bal qui est au cœur de ce premier roman, que la vie de ces femmes au XIXème siècle. Ces femmes au destin terrible, tellement attachantes. Elles sont enfermées. La psychiatrie encore à ses débuts semble connaître de grandes avancées avec le Professeur Charcot. Pourtant, dès les premières pages, la question se pose : sont-elles réellement folles ?


  • 26 septembre 2019

    Entrez dans la danse, voyez comme on danse, chantez dansez...
    Bienvenue au bal des folles.
    Brigitte


  • par (Libraire)
    3 septembre 2019

    UN BAL TRES PARTICULIER ET ATTENDU

    Fin du 19eme siècle à la Salpétrière avec le professeur Charcot , l'hôpital psychiatrique des femmes enfermées soit par leur mari ou leur père et dont la raison n'était pas toujours justifiée! Un bal à la mi-carême a lieu chaque année où l'on invite la haute bourgeoisie à venir côtoyer ces filles-phénomènes! Nous suivons Louise impatiente que son aide-soignant la demande en mariage; Eugénie qui communique avec les morts, prête à tout pour sortir de ce lieu. Et Geneviève, l'infirmière âgée qui est là depuis longtemps qui s'attendrit face à Eugénie. Un premier roman très bien construit et réussi sur la condition des femmes à cette époque trés bien rendue.


  • par (Libraire)
    28 août 2019

    Des femmes qui dansent

    Fin XIXème, les femmes qui " dérangent ", prostituées, femmes violées, trompées ou même celles qui osent penser par elles-mêmes se retrouvent enfermées à l'hôpital de la Salpêtrière de Paris. A la mi-carême, déguisées, elles sont exhibées lors d'un bal en présence de la bourgeoisie parisienne. En se basant sur cette réalité historique, l'auteure imagine le destin de quelques unes d'entre elles.

    Marie.


  • par (Libraire)
    28 août 2019

    Il ne fait pas bon d'être une femme et de prendre la parole...

    Asile. Le portrait de ces femmes, de leurs conditions, des amitiés qui se lient et des langues qui se délient.
    Mais folles, le sont-elles vraiment?
    Aude


  • par (Libraire)
    23 août 2019

    Un réel coup de coeur !

    Etre une femme dans les années 1880 c'était un combat de tous les jours, contre les attentes sociales d'autrui et de soi-même.
    Des femmes se retrouvaient enfermées à la Salpetrière à la moindre contrariété ou doute sur leurs pensées.
    L'Histoire d'histoires de femmes.
    Un roman qui vous attrape et ne vous lâche pas. Une écriture fluide qui dénonce avec talent les violences psychologiques et physiques faites aux femmes.
    Le lecteur s'attache à ces femmes qui, paradoxalement, sont plus humaines que les gens "normaux" et font preuve d'une grande force mentale.
    Quand les grilles ne sont pas celles que l'on croit... Un réel coup de coeur.

    Noëlline / Libraire


  • par (Libraire)
    20 août 2019

    L'auteur nous ramène à une époque pas si lointaine où les pères, maris et frères avaient tous les droits sur les femmes. Une époque où une femme libre, handicapée, victime d'un viol, une femme adultère ou encore parce qu’elle communique avec l’au-delà étaient déclarées hystériques et enfermées à l'hôpital de la Salpetrière pour devenir des sujets d'études des médecins. Saisissant, premier roman!


  • par (Libraire)
    17 août 2019

    Conseillé par Annick, lectrice de la librairie Gibier

    Un constat implacable sur la condition des femmes au XIXe siècle qui n'avaient pour seul choix que la soumission... ou l'internement ! Très belle écriture fluide. A lire et relire encore, un livre nécessaire.


  • par (Libraire)
    16 août 2019

    captivant

    Un roman audacieux et surprenant. La vie des internées à la salpêtrière est détaillée, racontée sans négliger aucun aspect. Le personnage principal est passionnant .. j'adore !


  • par (Libraire)
    25 juillet 2019

    Organisé chaque année au cœur de la Salpêtrière à la fin du 19è siècle, alors asile de femmes et lieu emblématique et expérimental du neurologue Charcot, le bal des folles réunit les exclues de la société civile, les hystériques supposées folles ou trop fantasques agitées d'idées non conformistes, animées de trop grandes libertés et celles et ceux d'une société parisienne étriquée, cloisonnée et bien pensante. Le temps d'une soirée, d'un bal, cachées derrière les masques et les costumes, ces femmes côtoient précisément ceux qui ont décidé de leur enfermement. Les frontières de la raison et de la folie rétrécissent et s'amenuisent, l'on s'interroge finalement sur les conduites et les excès proprement humains. Qui sont les plus fous, les plus folles? La Salpêtrière est aussi un lieu de refuge pour des femmes jugées, harcelées, condamnées pour leurs extravagances. C'est le lieu des révoltes et du bannissement. Et si la folie n'était pas aussi raison? Ce beau roman rend hommage aux femmes en lutte perpétuelle contre la domination masculine, familiale, patriarcale, conjugale.


  • par (Libraire)
    17 juillet 2019

    Au début du 20éme siècle, l’hôpital de la Salpêtrière à Paris accueille sous la houlette du Professeur Charcot des femmes de toutes origines « hystériques », folles...ou tout simplement gênantes.
    C'est à travers l'histoire de quelques unes de ces femmes que l'on découvre le traitement qui leur est réservé et plus généralement la condition féminine à cette époque.
    Un roman maîtrisé et sensible ...