Les buveurs de lumière

Jenni Fagan

Points

  • par (Libraire)
    8 décembre 2020

    "Chapitre 1. Novembre 2020. Température : - 6°. Effondrement financier européen. Période glaciaire. Londres".
    C'est sous ces chaleureux auspices que s'ouvre le deuxième roman de l'écossaise Jenni Fagan. Au beau milieu du chaos mondial, tandis que les températures dégringolent, Dylan quitte le cinéma d'art et essai où il a toujours vécu pour une caravane perdue au nord de l'Ecosse.
    Là, l'attendent une bricoleuse lunaire, sa fille Stella, ex-petit garçon, et quelques autres perdants magnifiques. La fin du monde approche, et l'on se tient chaud, à coup de gin et d'amour.
    Revigorant, fragile et beau !


  • par (Libraire)
    12 mai 2020

    Glacé

    Ce livre est si fragile qu'on ne sait même pas comment il fait pour tenir debout. Et pourtant ça fonctionne. Tout est beau, tout est crédible, même le fait que la Terre soit plongée subitement dans une nouvelle ère polaire. Pourquoi pas ? Vous êtes climatologue, vous ?

    Est-ce que c'est l'écriture de Jenni Fagan qui nous fait accepter ça, sa manière si particulière de révéler le fond des êtres, le cœur palpitant de ses personnages ? Ou bien les personnages eux-mêmes, ces trois destins, sublimes et déglingués, liés par une envie furieuse de tendresse ? On ne sait pas. Mais le fait est que le roman est en vie, par un étrange processus magique, il respire et on s'y attache, on ne veut plus s'en séparer, simplement rester là à écouter encore quelques heures les dialogues futiles et profonds qui s'en échappent, admirer les images féeriques et terribles qui l'émaillent, aurores boréales, icebergs géants, armées de givre. Il y a bien une intrigue, des secrets de famille, des accidents de la vie, mais est-ce vraiment le plus important quand tout autour de vous est en train de geler ? Simple, mystérieux et poignant, ce livre est un ami qu'on veut protéger.