San Perdido

San Perdido

David Zukerman

Calmann-Lévy

  • 4 février 2019

    Au Panama dans le bidonville de la petite ville de San Perdido, chacun se débrouille comme il peut. Et en cette année 1946, ses habitants découvrent un gamin de dix ans meut aux mains très larges doté d’une force incroyable. Une vieille femme, Félicia, se préoccupe de cet enfant aux yeux clairs et à la peau foncée. Surnommé La Langosta,Yerbo récupère des métaux dans la décharge pour gagner un peu d’argent.

    Dans ce pays gangréné par la corruption, la misère côtoie l’opulence de quelques-uns. Les inégalités sont flagrantes : les politiciens agissent pour leurs intérêts personnels, les plus belles filles vendent leur corps aux hommes riches et puissants. Devenu un homme, Yerbo rend la justice à sa manière pour défendre les plus faibles et les femmes à la merci des hommes.
    Les tromperies, les trafics, les abus de pouvoir et la jalousie jalonnent ce livre avec de nombreuses péripéties drôlement bien menées sans pour autant que l’on s’y perde. On est littéralement happé par l’écriture qui fait appel à tous les sens et par l'ambiance très vive.

    S'inspirant des éléments du conte qui forgent les légendes, d'une part bien dosée de mystère et de romanesque, l'histoire du Panama n'est pas en reste. Ce roman foisonnant et coloré à l’image de la couverture est sensuel et généreux avec des personnages bien campés et d'une réelle densité.
    Un premier roman mené tambour battant dans lequel David Zukerman se révèle un très bon conteur. Que demander de plus ?

    https://claraetlesmots.blogspot.com/2019/02/david-zukerman-san-perdido.html


  • par (Libraire)
    30 janvier 2019

    Un premier roman, audacieux, captivant.
    San Perdido, petite ville (imaginaire) du Panama. La pauvreté est partout.
    Un jour, un enfant apparaît, sortant d'une décharge, environ 10 ans, frêle, des yeux magnétiques, des grandes mains et... muet. Son audace, sa force physique sont stupéfiantes...
    L'auteur se révèle comme un conteur romanesque extraordinaire.
    On n'oubliera pas de sitôt la ville de San Perdido, ni ses personnages...


  • 25 janvier 2019

    Un voyage initiatique

    La couverture colorée m’avait séduite et donné envie de lire ce roman, dont je ne connaissais rien.
    Et c’est une très jolie surprise. Une histoire, loin d’être banale, des personnages forts, attachants ou troublants.
    Entre le conte et le roman policier.
    On a qu’une envie c’est de connaître ce qui va arriver. Bref, un moment de lecture addictif, un voyage en Amérique du Sud, un livre que je conseille vraiment.


  • par (Libraire)
    18 janvier 2019

    Quelle belle et chaleureuse surprise nous offre D.Zukerman avec ce premier roman! Récit aux couleurs flamboyantes il embarque le lecteur avec un enthousiasme ininterrompu dans le Panama des années cinquante. Dans une société corrompue et inégalitaire, les femmes, premières victimes de la pauvreté et des assauts continuels d'une gente masculine aux appétits insatiables, forment une galerie de personnages absolument inoubliable.
    Exotique, généreux, sensuel et enflammé, San Perdido est un plaisir de lecture qui procure un irrésistible ravissement.

    Bravo!