Personne n'a peur des gens qui sourient

Personne n'a peur des gens qui sourient

Véronique Ovaldé

Flammarion

  • par (Libraire)
    12 février 2019

    Gloria fuit quelque chose, ou quelqu’un … Un matin de juin, elle part avec ses 2 filles et se réfugie dans sa maison d’enfance en Alsace. C’est en racontant son histoire, pas banale, que l’on comprendra. Véronique Ovaldé entretient le suspens jusqu’au bout, avec quelques touches étranges qui ajoutent à la tension et au mystère. A lire et surtout à déguster comme un polar ! Super coup de cœur !
    Valérie


  • par (Libraire)
    8 février 2019

    Secrets de famille

    Suspens, morts violentes et un soupçon de fantastique... Mais oui ! Malgré les apparences, vous êtes bien dans un roman de Véronique Ovaldé qui se met à flirter avec le thriller dans cette intrigante histoire d'une mère en fuite au cœur de la forêt alsacienne. A coups de flashbacks distillés par un narrateur espiègle, on apprend à connaître l'attachante Gloria, son parcours dans la vie, jalonné de coups durs et de belles rencontres, sa famille bancale, ses enfants adorés.
    N'ayons pas peur de le dire : c'est un vrai tour de force que ce roman où Véronique Ovaldé réussit à mêler la précision d'une intrigue à suspens, à réinventer complètement sa manière de raconter une histoire, tout en conservant ce style inimitable, pétillant et complice, qu'on aime retrouver depuis ses premiers livres. Une vraie réussite !


  • 8 février 2019

    Un jour de juin, Gloria embarque ses deux filles, Stella et Loulou, direction l’Alsace avec en point d'ancrage : la maison de sa grand-mère, dans la forêt de Kayserheim. Toutes les trois quittent le soleil de la Côte d’Azur et cela va sans dire que Stella l’aînée, âgée de seize ans, n’est pas très enchantée de cette parenthèse présentée comme des vacances par sa mère. Car Gloria n'a nullement prévu de revenir.

    Est-ce que Gloria fuit quelque chose ou quelqu’un ? C’est la question que l’on se pose et évidemment, Véronique Ovaldé ne va pas nous donner la réponse ou les réponses d’emblée. On prend d’abord le temps de faire plus ample connaissance avec Gloria et de son entourage familial. Suite au décès de son père qui l'a élevée jusqu'à l'adolescence, Gloria a pu compter sur tonton Gio, un brin paranoïaque Cet associé et ami de son père l’ayant prise sous son aile, elle travaille comme serveuse dans son établissement, un café au nom de La Traînée (ça ne s’invente pas). Et Gloria, jeune fille à l'aube de sa majorité, y rencontre l’amour avec un grand A, le futur père de ses filles en la personne de Samuel un garçon vivant de petits trafics et décédé depuis. Le bonheur se révèle parfait en apparence ou selon toute vraisemblance. Car peu à peu et très habilement, Véronique Ovaldé instaure de légers flottements, sème le doute et l'entretient d'autant plus que Gloria est délicieusement excessive et attachante. Pour savoir de quoi il s'agit, il faudra le lire car je n'en dis pas plus...

    Vif et entraînant avec ses descriptions très justes concernant notamment les figures maternelles et ses mille petits détails qui font mouche, ce roman prend un tournant plus sombre avec une réelle tension très bien distillée. L'atmosphère nous harponne, l'écriture de Véronique Ovaldé nous charme avec ses exquises incartades et sa fantaisie. Elle joue avec le lecteur pour le plus grand de nos plaisirs et on mord à l'hameçon, un régal !

    https://claraetlesmots.blogspot.com/2019/02/veronique-ovalde-personne-na-peur-des.html


  • par (Libraire)
    1 février 2019

    «Elle resterait toujours, en somme, une petite fille avec une hache.»
    Un matin, au lieu de les déposer à l'école, Gloria embarque ses deux filles avec elle,emportant quelques menues affaires dont une arme et un Mastermind. Direction l'Alsace, pour s'installer dans une vieille maison familiale où elle passait ses vacances durant sa jeunesse.
    Que fuit-elle ? Ou qui fuit-elle ?
    Peu à peu Véronique Ovaldé nous dévoile la vérité en racontant l'histoire de cette femme peu ordinaire.
    Une chose est sûre : à la fin de ce roman, vous comprendrez que finalement il est assez simple de se débarrasser de ses problèmes.


  • par (Libraire)
    19 janvier 2019

    Personne n'a peur des gens qui sourient

    Il suffit de 3 pages à Véronique Ovaldé pour vous embarquer dans ses histoires.
    Ici, une mère de famille prend la fuite avec ses deux filles.

    Bagages pliés en moins d'une heures, les gamines récupérées fissa à l'école, et embarquement immédiat pour une maison de campagne fort lointaine.

    Qui sont-elles ? pourquoi fuient-elles ? Qui fait à ce point peur à la mère ?
    Elle va nous expliquer ; tout remonte à son adolescence, à la mort de son père.
    Et voilà. Vous voulez connaître la suite, non ?

    Alors vous savez ce qu'il vous reste à faire ! Découvrir ou redécouvrir cet auteur remarquable, cette dame dont l'écriture incisive et si précise vous envoûte en quelques lignes.

    Disponible dans votre librairie le 6 Février 2019 !